Reprise.

Personnellement j’ai jamais supporté la rentrée.

Je sais que certains d’entre vous aime ça, ne perdons pas de temps avec vous, vous n’êtes pas des humains vous êtes au mieux des robots programmés pour travailler donc faites ce pour quoi vous êtes fait et fermez là. D’autres, en revanche, se sont contenté de tuer l’enfant en eux et se sont fait une raison: « ben oui c’est comme ça, les vacances ça ne peut pas durer »… Et je suis sûr que vous, on peut encore vous convaincre que la rentrée c’est de la bonne merde.

Dis donc le gros, t’en fais pas un peu trop?

Les années passent et pourtant je déteste toujours autant septembre. Garfield est un connard de chat qui n’aime pas les lundi (franchement quelle idée de merde… C’est comme un chomeur qui n’aime pas les lundi… (deso plus de socialo-gauchisme on est start-up nation maintenant)) et ben moi je suis un genre de méga garfield, une sorte de… de… Megarfield qui déteste LE lundi de l’année. Parce que c’est ça septembre! C’est un gros et gras lundi bien pourri. Pendant deux mois tout tourne au ralenti, tu te touche la bite au bureau ou à la plage, tu repousses tout au lendemain, voire au surlendemain (en ce qui me concerne c’est souvent beaucoup plus…) et d’un coup faut se remettre à courir partout comme des canards sans têtes, le doux murmure de l’été est remplacé par le bruit insupportable de septembre.

En plus, avant il faisait moins beau donc ça aidait à faire passer la pilule mais maintenant même le climat nous fait un bon gros doigt! « L’été indien vous aimez ça heiiiin l’été indien » ENCULE DE PLANÈTE TU VAS BIENTÔT CREVER!!!

giphy

Mais y a pas que le retour au travail qui est difficile pour moi (d’abord parce que j’en ai pas beaucoup ahah… (non ne riez pas, please help)). Gamin, je détestais la rentrée à cause des nouveaux profs. Soyons réaliste dans mon patelin, y avait pas de nouveaux et les gens ne changeaient pas d’école. La seule surprise que tu pouvais avoir c’est de tomber sur des profs de merde… Ahlala je me rappelle de ma quatrième… le collège aurait invité tout l’état major du 3eme reich à faire classe que ça m’aurait paru plus clément (et sans aucun doute plus intéressant)…  Bon ben, ça n’a pas changé en étant vieux. Les profs ont juste été remplacé autre chose…

Étrangement, la rentrée c’est toujours le moment où tu fais tes comptes et c’est toujours le moment où la CAF décide de te couper les APL… Pourquoi? « ben y a un truc là on vous l’a envoyé mais c’était pendant les vacances alors… Mais la c’est la rentrée alors faut que ça file droit vu?! » et comme un bonheur ne vient jamais seul, la banque te casse la tête parce que c’est la rentrée, tes clients ne te rappellent pas immédiatement parce que c’est encore la rentrée BREF tout le monde se rappelle que t’existe que ton petit boule a eu deux mois pour se reposer et on peut à nouveau foutre le poing dedans joyeusement sans que tu aies vraiment eu le temps de tousser avant.

« Maronnier », « pas terrible », pensez ce que vous voulez, ce billet médiocre est une bannière pour tout ceux qui, comme moi, refusent la dictature de septembre! vive la révolution de septembre! coupez leur internet, déterminons une bonne fois pour toute qu’on dira guif parce que c’est un mot anglais, que pain au chocolat vaut mieux que chocolatine, que twitter c’est de la merde, brisons leurs rêves de start-up, pendons les patrons et là je pense qu’on pourra peut être se remettre au travail sérieusement… tant pis on mettra un bon coup de collier pour rattraper le retard… Bon sauf si on se fait une révolution d’octobre… Mais on en est pas là, la rentrée c’est de la merde, ça dégage.

 

Publicités

les mots de l’hiver; diarrhée verbale et goutte au nez.

Au début, je voulais faire un petit billet de bonne année mais bon, nous sommes déjà le 19 janvier et même si je suis un bel enfoiré doublé d’un gros glandeur, je sais pas, je me suis dis qu’après tout ce temps sans billet vous méritiez mieux que ça (c’est pas vrai mais ça fait genre), bref j’ai pas osé. J’ai pas osé non plus vous faire le coup de l’inventaire de la mauvaise année, soyons réaliste, cette année ne sera pas bonne, ni mauvaise d’ailleurs et si ça se trouve ça sera, peut être, votre dernière année (je dis ça pour mes vieux lecteurs (et pour mes gros lecteurs (et pour ceux qui font du deux roues (les autres détendez vous ça devrait aller (attention quand même c’est pas garanti (qu’on vienne pas dire après « c’est le gros marrant qui l’a dit làààà!  -paco rabane? -mais non le gros qui fait des blagues! -Carlos (tout ceci est beaucoup trop long))))))) donc inutile de se mettre la pression avec des trucs un peu cons comme les élections, Trump, le réchauffement global ou je ne sais quelle compétition sportive chiasseuse dont tout le monde se branle. En bref, soit je parlais du froid soit je parlais de ma gueule et en bon connard je vais parler de ma gueule.

Ben oui, après tout ça fait longtemps que j’ai pas parlé de moi et puis le froid, bon ben si vous avez entre 1 et 130 ans vous devez voir à peu près à quoi ça ressemble… tremblements,morve au nez, microbite, glissade sur le trottoir, l’hiver quoi! Je suis pas sûr que le verglas méritait un envoyé spécial et un direct de 5 minutes par exemple… A croire que sur la planète des journalistes il n’y avait qu’un printemps perpétuel et que cette année le froid est venu (winter is here (BOOM en plein dans le cœur de ma fan base geek!(c’est pas celle dont je suis le plus fier mais bon…))) A MOINS QUE CA SOIT DES PUTAINS DE CONNARDS INCOMPÉTENTS DONT LA FAINÉANTISE N’AURAIT D’ÉGALE QUE LEUR FATUITÉ DE BOBO GAUCHIASSE JOURNALOPE… mais ça m’étonnerait… (observez ce beau mécanisme de l’humour, je dis une chose et après je dis « ça m’étonnerait » pour souligner que je pense ce que j’ai dis avant… c’est un genre de litote… (vous en connaissez beaucoup des billets ou on parle figure de style? moi non.)

Mais revenons à l’essentiel, à savoir MOI.

Et c'est là que commence réellement le billet...

Ça va faire deux ans en mars que Ça dégage existe !  Vous vous rappelez, à l’époque j’écrivais des petits billets (lus par 4000 personnes) où je réclamais à corps et à cris des rendez vous professionnels où je pourrais balancer pèle-mêle des  » invitez moi au restoooo », des « respecte moi parce que j’ai niqué ta mère » ou encore des « donne moi ma thune la putain de ta race »… ahah…

Ben ça n’a pas changé… Bon pour être tout à fait honnête, si, ça a un tout petit peu changé (mais pas assez à mon gout…) dorénavant j’écris des blagues pour un artiste de talent, des blagues si drôles que la télévision nous donne des sous pour le faire. Petite fierté. Mais surtout petit intérêt de la part du monde extérieur pour ma personne.

Je vous cacherais pas que je fais ce métier uniquement pour qu’un jour quelqu’un vienne me dire avec moult courbettes que j’ai du talent et qu’il veut me sucer (me sucer le talent, c’est évident (qu’est ce qu’on pourrait sucer d’autre?… vous êtes dégoûtant)). Du coup en attendant ce jour merveilleux,  je mise ma vie à chaque rendez vous. Et ça, même si je sais que ce n’est ni le lieu, ni l’heure.

Par exemple, samedi dernier, j’ai un pote qui m’a invité à la projection d’un film au forum des images. « Eh ben t’as du pot mon gros » oui, sauf qu’il était invité par un pote à lui, directeur artistique sur une grande chaîne et que l’événement était co-organisé par Karim Debbache. Si vous connaissez pas son oeuvre, mais qu’est ce que vous chiez encore ici bordel ?! CASSEZ VOUS et allez vite regarder ses vidéos! Bref vous l’aurez compris, j’estime pas grand monde sur terre, mais lui il en fait parti (et je pense qu’il en est flatté).

Du coup pendant une semaine j’ai minaudé comme une pucelle à l’idée de rencontrer ce type qui n’a pour unique mérite que de faire des vidéos intéressantes, drôles et intelligentes sur internet, truc dont je suis incapable tout seul (oui, nous sommes sous surveillance, l’homme de talent dont je parlais avant, lit ces lignes (et quand il est pas content il me donne des coups de canne en bambou… (une histoire effroyable… Alep à coté c’est de la pisse de rat)))). Si bien que deux jours avant, j’ai commencé à m’imaginer ce que j’allais lui dire, comment j’allais présenter le fait que j’étais co-auteur d’un des meilleurs mini programme des chaines d’infos et que le reste du temps j’écrivais des podcasts pour castorama.

Alors dans ces cas là, y a deux écoles. Et c’est vérifiable pour tous les rendez-vous.

On peut la jouer cool, genre t’arrives détendu, tu t’assois comme une immonde merde sur ta chaise, et tu lâches un « ben écoute ça me vient comme ça… je suis hyper concerné par tout en fait… » négligemment teinté de mépris. Tu sous entend que tu es une sorte de génie et que t’as de la magie dans les doigts. Dans ces cas là mieux vaut éviter les blagues sur Hitler ou faire un commentaire sur les nibards de la grosse d’à coté.

On peut aussi passer directement à l’acte de suçage. Alors là, pas le temps de parler il faut lui passer le cirage (sur les pompes, pas sur la bite (parce qu’après c’est dégoûtant pour sucer (sauf si vous aimez le cirage mais là…))) car il faut que ça brille.  « Karim j’adore ce que tu fais, c’est du génie, t’es le meilleur je voudrais être toi ». Bon là le risque c’est de passer pour une lavasse, un gros fan boy, perso je déteste ça. Oh putain c’est Karim Debbache! oui et alors, il a fait quoi ce mec? Oh putain c’est Obama? oui et alors il a fait quoi ce mec?

La dernière solution, c’est de se préparer. C’est ce que fond la plupart du temps les gens. Et c’est ce que j’ai fais (oui ça manque un peu d’originalité mais vous allez voir la suite va vous surprendre… (et puis de toute façon vous venez de dépasser les 1000 mots, vous avez perdu votre journée continuez à lire maintenant)).

Bref, le film diffusé c’était Maman j’ai raté l’avion (qu’on va abréger en MJARLA parce que je suis trop feignant pour écrire le titre à chaque fois). Du coup j’ai réfléchis à des trucs marrants à dire sur le film sachant que c’était un bon souvenir mais pas vraiment un film culte pour moi. J’ai donc sorti cette truculente théorie sur l’analogie entre MJARLA (pour Maman J’Ai Raté L’Avion ndlr) et Rambo, histoire de le faire marrer et attirer l’attention, sortir du lot des connards qui assailliraient le bonhomme. Un direct du Serge Daney, crochet du Gilles Deleuze et je termine par un triple Bazin, avec ça tu le fous  KO le bougnoule mon gros Stany.

Donc je rejoins mon pote, dont je me foutais totalement ce jour là (je précise ce jour là parce que sinon ça fait mec sans cœur (et il me réinvitera plus (ça a son importance plus tard…))), on enchaîne rapidement les « salut coco comment ça va » (oui dans le showbiz on s’appelle tous coco (si on vous appelle pas comme ça c’est que vous en êtes pas (il y a beaucoup trop de parenthèses, les gens qui ont 3 secondes de mémoire tampon on déjà oublié le début de cette phrase))) et très vite, parce que je m’en foutais complètement, j’enchaîne avec un « on les rejoint ou? » plein d’excitation.Son « on les rejoint plus tard » laconique aurait du me mettre la puce à l’oreille. Mais bon, c’est avec l’envie de répandre la bonne humeur comme je sais si bien le faire qu’on s’est dirigé vers un bar.

On attendu. Jusqu’au film. Pas de Karim Debbache. Okkkkkkk…

On regarde le film en place VIP. L’homme est juste au dessus de moi, peut être que si je me retourne et que je fais assez attention, je pourrais le sucer dans le noir mais hélas pas assez de place pour se retourner et la grosse femme à coté de moi prend tout l’accoudoir. MERDE. Il nous reste la fin de la soirée.

Autant vous dire que les états d’âme de mon pote sur le film je m’en tartifion totalement. Je me suis pas déplacé un samedi soir, jusque dans le centre de paris (20 minutes de métro quand même!) pour repartir sans au moins un contrat!

On se rend dans un bar infâme (le reset, un bouge infecte éclairé de lumière rouge comme dans un bordel mais sans pute… ( à la place y a des consoles rétros… (A la rigueur, quitte à faire dans le rétro, j’aurai préféré des vieilles putes … (genre une pute datée de 1983 (comme la NES …( j’explique parce que sinon…)))))  et on attend. Moi comme je bois plus, ben j’attends que le temps passe. Le salaud il me fait poireauter à notre premier rendez vous! « ORDURE, POURRI, ARABE! je m’en fous je voterais pour Marine Le Pen aux élections! » que je me dis!

Soudain mon pote reçois un texto! Ils arrivent. Ah! la soirée est relancée! Le gars qui nous avait invité arrive, « Salut, ça vous a plus? », moi « oui oui c’était très bien très drôle, ou est Karim? », là je me retourne et je vois le gars descendre les escaliers… suivi d’une cour de suceur de fions. Ok, m’étais-je préparé comme un ouf pour au final ne pas le rencontrer? Allais-je partir ainsi, la queue entre les jambes et le cœur gros? « Stany as tu du cœur? »…

OUI.OUI.NON.

j’ai remercié en vitesse le pote qui m’avait invité, j’ai remercié son pote qui nous avait invité, j’ai balancé ma théorie sur Rambo en vitesse, parce que quand on a une bonne blague faut pas la gâcher. Oh c’est pas Karim Debbache là bas? SI ET IL A FAIT QUOI CE MEC AU JUSTE HEIN? Et je me suis tiré. en chialant. Voilà.

Alors pour être tout à fait honnête, je me demande si il fallait autant de mots pour raconter une histoire dont on se fout un peu… on vient de passer le cap des 1700 mots, y a pas de morale, y a pas de trucs où les gens pourraient se dire « ah mais ouais c’est moi ça », y a même pas de parti pris ou de grosse gueulante. Non ça me faisait juste plaisir de raconter cette anecdote qui poussera toute personne doté d’un tantinet d’intelligence à la même conclusion que moi, sortir le samedi soir, c’est de la merde ça dégage (oui y avait les arabes c’est de la merde ça dégage mais c’est encore trop tôt, patience les amis, le grand soir est pour bientôt.)

Je profite de l’instant pour m’excuser d’avoir si peu écrit ces derniers temps, je vais vraiment essayer de corriger ça en 2017. Je vous crache dans le cul affectueusement.

La révolution à 15 centimes; Robespierre mettait-il une ou deux barres de chocolat?

Ouais, vous avez été nombreux à me demander: « Alors gros sac, t’en penses quoi de Jean François Copé et de son pain au chocolat? Hein?! tu vas nous faire un bon pavé bien gauchiste dégueulasse avec des « dans ton cul » et « ta mère pauvre plouc » et tu vas nous faire bien rigoler ». Eh bien navré de vous contredire mais d’abord, je n’ai jamais dis « dans ton cul » ou « ta mère pauvre plouc ». Non, je chérie bien trop les mamans pour leur faire ce genre d’offense mais surtout, Jean-François Copé, je m’en branle. Parfaitement, je m’en branle. et avec les deux mains en plus!

Nan mais soyons sérieux cinq minutes, QU’EST CE QUE CA PEUT FOUTRE QUE JEAN-FRANCOIS COPE NE CONNAISSE PAS LE PRIX D’UN PAIN AU CHOCOLAT??? Le mec il a fait l’ENA, il rêve d’être président, vous croyez que vous l’intéressez avec vos préoccupations de pécores? « OH, il connait pas le prix d’un pain au chocolat », évidemment il a des larbins dans votre genre pour aller les lui acheter! « QUOI! NKM NE CONNAIT PAS LE PRIX D’UN TICKET DE METRO »… mais évidemment c’est une ancienne ministre, elle a un chauffeur.

Alors là, vous allez me dire, c’est dégueulasse, ils connaissent pas nos problèmes, comment qu’ils peuvent nous diriger? Cyril Hanouna arrive bien à vous faire marrer malgré ses deux cents cinquante millions. Et puis, est ce que vous vous êtes demandé vingt secondes si la polémique sur le prix du kilo de poireaux ou vos histoires de suppo en paquet de douze étaient dignes d’intérêt? ALORS? eh ben ouais! C’est vous les connards dans l’histoire! C’est vous qui êtes déconnectés du monde!

Oh je suis sur que vous vous êtes trouvé malin quand vous avez posté votre petit statut facebook ou votre petit tweet. Ça sentait le souffre hein, c’était tout juste si vous vous mettiez pas à gueuler « à la bastille… pour boire des verres ».

Et puis sérieusement, les politiques ils ont autre chose à foutre que de se poser ce genre de question. Vous le voyez en parler au G7 avec Donald Trump?  » alors Jean-Francois, on bombarde la Russie? – je sais pas j’avais un gros sujet sur le prix du pain au chocolat j’ai pas pu avancer sur ce dossier… – ah vous dites pas chocolatine – merde encore un problème à résoudre! »… Déjà qu’on passe pour des connards…

Alors me faites pas dire ce que j’ai pas dis, bien sur que c’est important que le politique connaisse les problèmes de fond de son pays mais entre les migrants, le réchauffement climatique, la crise et la misère, il ne manque pas de travail. Je sais que ça sera dur à avaler pour certains mais non, le monde ne se limite pas à savoir si ça sera boite de raviolis ou boite de cassoulet pour le dîner de ce soir.

BREF, si parfois il vous vient l’envie de râler sur les politiciens déconnectés demandez vous plutôt si c’est pas vous qui êtes trop centré sur vous. Je sais, ça fait pas plaisir de se sentir plus con que Jean-François Copé mais vous vous y ferez très bien, comme les autres fois.

Bon, au final, Jean-François a eu l’air totalement ridicule, tout twitter (vous savez ce que j’en pense) s’est foutu de sa gueule et faut bien avouer que ça, ça fait plaisir, le reste c’est de la merde, ça dégage.

Faut-il tweeter?

L’autre jour, la maquerelle des éleveurs label gros rouge, Karine Lemarchand, lançait sa nouvelle émission, « ambition intime ». Le but de l’émission, donner à de futurs présidentiables déconnectés du monde réel, les mêmes airs de gros con ahuris que la chiasse ordinaire qui bouffe ses raviolis en se demandant pour qui qu’elle votera aux prochaines élections. Après tout, le « normal » a marché une fois; faute de programme, ça peut encore marcher qui sait… MAIS l’émission quoiqu’on en dise, à fait un carton d’audience, visiblement les cons ne sont pas nécessairement ceux qu’on croit… ceci dit, ce qui aujourd’hui me fout en boule, c’est twitter. BORDEL QUE J’AIMERAIS VOIR CETTE ENTREPRISE COULER!!!!

Parce que moi, cette émission, je l’ai pas regardé.  Je me suis dis qu’on se farcissait leur gueule d’abrutis tous les jours, j’ai préféré regarder le docu sur la 5. Sarkozy attendrait le replay. OUI, mais ça c’était sans compter sur ce poison infâme qu’est twitter. Parce que le lendemain matin, outre les audiences, on a dû se farcir les « meilleurs tweets de la soirée whouuuu trop génial!!!!! TOP 10 DES MEILLEURS TWEETS TROP LOL » et autres résidus de branlettes qui éventent tout le programme. Qu’est ce que je m’en fous moi des avis de ces connards, je les connais même pas!!

Du coup j’en suis venu à penser (oui ça m’arrive (et plus souvent qu’à vous semble t’il)) à tous ces gens qui, une fois le soir venu, abandonne chapeaux et redingotes pour se poser devant leurs écrans, guettant à travers leurs lunettes d’écailles, comme des bêtes écumantes, la petite erreur leur offrant l’occasion de taper avec frénésie leur petit trait d’esprit. Bon quand je dis trait d’esprit, je devrais plutôt dire pet insignifiant. En plus, ils éventent tous les blagues ces connards, persuadés d’atteindre des sommets d’irrévérence sous prétexte qu’ils tapent juxtapose @Hollande avec Flamby.

LOL IMAGINEZ UN PEU #AMBITIONINTIME AVEC HITLER

SA SERAT PLUTO ALLEM#AMBITIONINTIME ALORS PTDR

BREF, que ça rende pas les gens malins, bon… j’ai envie de dire ça se saurait s’il y avait un remède et tant qu’ils ne parlent que d’Hanouna ou de « Mélanie » (je sais pas qui c’est mais c’est le sujet au top à 20h23 mercredi soir donc ça doit être quelqu’un d’important…) c’est pas bien méchant… mais que la politique se fasse sur twitter là c’est autre chose. Parce que soit ils n’y connaissent rien, se plantent ou font tenir leur compte par quelqu’un d’autre et au final,  ils disent de la merde. Soit ils savent très bien s’en servir et ça devient une tribune ailleurs que dans la tribune… une tribune où on s’échange plus des piques de bureau que des idées de fond.

Parce que bon, 140 caractères, c’est plus de la pensée à ce niveau là. C’est même pas le début d’une réflexion. C’est un truc incontrôlé, qui sort tout seul, un genre de prout au jus un lendemain de cuite. Et puis, soyons honnête, quand on passe sa soirée sur twitter, c’est pour oublier l’effroyable solitude qui hante chaque recoins de cet appartement désespérément vide, sans femme, sans gamin, sans chat… Et ce silence effrayant qui nous pousse à l’introspection et nous fais dire: « doux jésus mais ma vie c’est de la merde en vrai ».

Alors, faut-il twitter? Eh bien en ce qui me concerne, ma vie est très cool et j’aime le silence DONC je ne pense pas céder au dictât de la connerie en 140 caractères… quant à vous… faites comme vous le sentez… mais je pense que vous allez continuer à tweeter. Il est 21h, faudrait voir à pas pousser.

UNE PREUVE DE PLUS QUE C’EST DE LA MERDE

Faut-il être heureux?

L’autre jour j’étais chez des amis. Ça m’arrive. Mais je vous rassure c’était pour le travail. Alors on était là, on discutait et je trouvais que l’automne se faisait attendre. Moi j’aime bien l’automne parce que c’est une saison ou on peut faire la gueule.C’est vrai quoi, c’est la saison ou la nature meurt,  est ce qu’on se bidonne pendant les enterrements? Bon oui, mais c’est une autre question alors revenons à celle, fondamentale, qui nous occupe aujourd’hui: faut-il être heureux?

Bon ben soyons honnête, la plupart du temps on n’est pas heureux pour soi. Non, être heureux pour soi, c’est un truc de connard satisfait, genre bonze en rideau jaune. La majorité des gens heureux le sont pour faire chier leurs voisins, faire chier leur famille, faire chier leurs amis… Ces pauvres ploucs ne pensent qu’à une chose, éclabousser le poète qui lui aime faire la gueule, de « Je KIFFE LA LIFE », « POSEY OKLM » et autres photos instagrammées, témoins muets de la triste vacuité de leurs existences étriquées…  bref c’est juste un truc de pauvre cul sans personnalité. Mais que voulez vous, ça fait mieux en société.

D’ailleurs y a qu’a voir les sondages! Quand tu poses la question « comment jugez vous la situation en France? » Les réponses sont jamais bien brillantes « Ouaiiiis c’est une catastrophe! c’est la faute à Hollande! Dehors les bougnoules, Marine vaincra! Jeanne au secours! On poursuivra la grève jusqu’à la mort »… Bref on sent bien  que les mecs ils sont au bout du rouleau hein, qu’ils en ont ras le cul de devoir boire de l’eau plate avec leur jambon qui donne le cancer du cul! Et quand tu leur demande si ils sont heureux, alors là ils te répondent en choeur  » ouiiiii ca vaaaa pas si maaaaaal »…  Pas si mal? Qu’est ce que c’est que cette réponse de comptable mou de la bite? Je croyais que t’étais vénère?

Bon ,en même temps, vous imaginez la gueule du mec de l’institut de sondage à qui on dirait la vérité…

« oh ben ça va pas fort, mon casque de walkman tout neuf a trempé dans un fond de café toute la nuit et il est niqué… »

« c’est tragique… »

« je vous le fais pas dire! Alep c’est de la pisse de chat à coté… »

Et puis soyons réaliste, faire la gueule ça plait aux gens. Regardez Michel Sardou, il vend toujours autant de disques! On a même vu des humoristes qui se limitaient jusqu’à présent à la même blague sur Patrick Dils devenir de fins commentateurs de la vie politique après un bon coup de gueule! Bon ben c’est quand même un formidable message d’espoir!

Alors cette année, faites comme moi, faites la gueule. Pas de cocktail detox, pas de luminothérapie, laissez vous aller sur ce petit chemin caillouteux qu’est la mauvaise humeur. Arrêtez vous, respirez, lancez des cailloux sur les gens et laissez vous gentiment envahir par cette sensation chaude et douce qu’est le spleen… à moins que je vienne de me pisser dessus.

Bon j’ai d’autres trucs à faire donc, je vous bise le fion et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte deçà, delà, pareil à la feuille morte.

Faut-il avoir des ancêtres gaulois?

Doux Jésus, ce qu’on peut dire comme connerie quand on a plus rien à dire… Faut dire que faire la tournée des salles pour y déverser sa haine, ça fatigue. Mais bon nous faire le coup du roman national c’est le manque d’idées absolu, la tristesse abyssale BREF c’est de la chiasse froide… et c’est pas pour rien que le FN nous le ressort tous les 1er mai avec Jeanne d’Arc.

Mais dans le beau livre illustré de la France y a pas que Jeanne d’Arc. C’est vrai ça, il aurait pu choisir Roland par exemple. Ben oui, Roland il est là avec ses potes tranquille, il chill. Et vla qu’une bande de racailles de T6 arrivent. Roland, il a beau être un fragile, il se laisse pas faire. Bon sauf que les mecs en face ils ont l’habitude de se faire des babtous. Résultat, Roland se fait péter la gueule et téléphone à son tonton qui est maire du village pour se plaindre. Bon… c’est vrai que c’est pas super épique mais d’un autre coté c’est le quotidien des jeunes LR, y avait ptet une carte à jouer là.

Sinon, y a Danton ou Robespierre. C’est bien ça, en plus c’est républicain, c’est fort comme symbole! Et puis Robespierre était avocat comme Sarkozy! Non vraiment ça me semble parfait. Le mec il envoie à l’échafaud tous ses concurrents, il fait régner l’ordre et la terreur… Non, tout pareil quoi. Alors bon j’avoue que c’est la fin qui peut poser problème… mais je pense pas qu’on soit perdant.

Bon et si mes propositions ne convenaient pas, c’est pas les personnages illustres qui manque: Clovis et sa francisque qui part les temps qui courent pourraient être remis au gout du jour, Charles Martel arrêtant les arabes à Calais ou encore Napoléon III qui a tellement marqué l’histoire qu’on ne sait plus bien ce qu’il a fait à part perdre une guerre.

Alors pourquoi les gaulois? Eh bien je n’y vois, ni passion pour l’Auvergne, ni amour secret pour Christophe Lambert, non. En revanche voila deux explications: soit il a ripé en lisant et au lieu de dire « de Gaulle » comme c’est la mode, il a dit « gaulois » et ça ne serait qu’un accident de télé comme la chatte d’Afida Turner. Soit il est vraiment très con et n’a plus aucune dignité… bon je ne vous cache pas que je penche plutôt pour cette option.

« Nos ancêtres les gaulois » c’est le gras de la soupe nationaliste du XIXe siècle, une soupe qu’on nous resservirait bien en ce moment. C’est aussi l’échec de l’intégration à la française, cette vision colonialiste et rance parfum vieille France, qui nie la culture de l’autre, qui conduit un connard aussi habile en politique qu’un bulldozer, à dire à des étudiants « Ici c’est la France, c’est pas le Gabon, si vous voulez parler du Gabon, retournez-y ! ».

alors, faut- il avoir des ancêtres gaulois? eh bien à moins d’aimer porter des talonnettes, de tremper dans une demi douzaine d’affaires judiciaires et d’être un opportuniste sans convictions profondes cherchant à surfer la peur et l’extrémisme bref d’être un bon gros enculé, non, il n’est pas utile d’avoir des ancêtres gaulois.

Coma éthylique et vision d’apocalypse.

Vous me connaissez, je suis pas le genre de gus à vivre dans la peur ou l’angoisse (GROS LOL (quoi queskiya?)). Je sais que pour beaucoup d’entre vous je suis un peu plus qu’un simple anonyme qui vocifère sur une nuée de bits, qu’au-delà du frère, du père ou du maître à penser (voir du fantasme) que j’incarne, je suis surtout ce bioman rouge droit dans son spandex, ce roc planté dans les flots, impavide (tenez ça vous fera un mot pour le scrabble (ouais j’ai décidé de vous apprendre des mots comme ça… (oui bon j’étais pas sur à 100% du sens et j’ai vérifié dans le dictionnaire CA VA VOUS ETES CONTENT LA?))), affrontant la tempête droit dans les yeux, ce parangon de justice, chaste et bon, qui dans un geste de défi se dresse contre toutes les injustices (un geste de défi c’est simple et c’est gratuit (surtout sur un blog, ça engage à rien et ça évite de bouger de chez soi (retrouvez mon nouveau livre « la révolution en chaussons » aux éditions du seuil))).

Oui… mais ça c’était avant… Au risque de chuter de mon piédestal et de voir s’éteindre cette flamme de désir qui brûle dans vos yeux, l’honnête homme que je suis se doit  de vous avouer la vérité: j’ai douté. Oui, j’ai mis un genou à terre, j’ai, tel le chêne emporté par le vent, ployé l’espace d’un instant, bref, en un mot comme en cent, j’ai chier dans mon froc.

Alors vous me direz, « qu’est ce que t’as don’ de cassé mon gros? te vla tout ribouldingue sans doute pour pas grande chose… comme d’habitude… ».

eh bien voici une semaine qu’Emmanuel Macron n’est plus ministre. (Oui alors là, je sais ce que vous allez dire, c’est pas très frais tout ça… mais j’avais très envie de faire un truc là dessus et la semaine dernière j’étais en tournage… (bon ben ça sera pas de première fraîcheur mais de toute façon vous lisez les billets avec 15 jours de retard alors ça vous changera pas de d’habitude!)). Celui qu’on surnommait affectueusement « le fou du dessus » ou « Brutus » s’en est allé dans le couchant, accompagné de sa douce Brigitte Trogneux, en marche vers un avenir meilleur pour les entrepreneurs français. Oh je sais qu’à cet instant précis vous vous sentez mal, que la tête vous tourne voire même que vous venez de dégueuler votre café sur votre écran dans une gerbe infâme… Mais sachez que je partage votre sort (et croyez moi c’est pas facile pour taper le billet maintenant). Pensez à tous ces suintants qui ont pu passer leurs congés payés à Béziers grâce aux bus Macron! C’est vrai, des voyages interminables, pas de wifi et des cabinets bouchés si ça, ça ne ressemble pas aux congés payés des trente glorieuses..! Eh bien c’est ça Macron! Et si il peut le faire pour les vacances, il peut le faire pour tout le pays!

Alors ouais, je sais, ce soudain amour pour Macron peut paraître étrange  tant celui qui incarne si fort « les puissances de l’argent » me dégoûtait il y a peu. J’ai même mercredi, ricané. Oui… En le voyant serrer la main de Michel Sapin, je me suis dis « bon débarras », plus que Manuel Valls et ça sera un vrai gouvernement de gauche…

Mais depuis j’ai eu une vision… (je pouvais pas dire que j’avais eu un rêve…) J’étais là, dimanche soir, imbibé de porto, usé par une fête de famille qui durait depuis bientôt deux jours lorsque j’ai eu un flash… Je me suis vu, vieux, fatigué, un tatouage de Jésus dans le dos en train de dire « Moi, je soutiens Macron… c’est un type bien finalement… »… et puis je suis tombé de ma chaise. A cause du porto. Et j’ai sombré dans un coma profond..

Emmanuel Macron était là, sans Brigitte… Il parlait de la gauche du réel, de regarder le monde tel qu’il est , inégal et injuste.  Seul au bout d’une table, assailli de questions, le pauvre Emmanuel agitait le drapeau de la liberté sans se faire entendre. Emmanuel au secours! Il voulait montrer qu’il était populaire, mais l’ignoble journaliste l’accusait encore et toujours de ne pas répondre. Qu’avait il à cacher? Qu’il supprimerait les 35h? qu’il ferait disparaître les impôts comme l’ISF? qu’en fait il n’était qu’un agent servile de la droite la plus libérale et madeliniste (Saviez vous qu’Alain Madelin a été maire de la commune ou j’ai grandi? incroyable non?)? C’était impossible… il était jeune, dynamique, philosophe, sans casier judiciaire et banquier d’affaires! Oh mon dieu! Banquier d’affaires! Et si depuis tout ce temps il se foutait de nos tronches? Et si il voulais vraiment supprimer l’ISF? Alors ça expliquerait pourquoi il ne voulait pas répondre au gros journaliste! Tout me revenait en tête! L’affaire du costard n’était pas un simple conseil vestimentaire! HORREUR, IL NOUS LA FAISAIT A L’ENVERS LE BATARD! Après ça, tout s’est enchaîné très vite… Il s’est retrouvé au deuxième tour de la présidentielle, Sarkozy ayant été finalement emprisonné… j’entendais sa voix dans l’isoloir qui me disait:  » c’est ça ou Marine Le Pen… alors? »… J’ai glissé son bulletin dans l’enveloppe. Je me suis alors senti envahir par une chaleur sourde. Je venais de me pisser dessus.

Le réveil n’a pas été simple. J’étais là, encore imbiber de cauchemar et de pipi, à me demander si tout cela était prémonitoire… Et puis ce matin sont tombées deux infos: la première, c’est que Macron battrait Hollande à la présidentielle et la seconde que Sarkozy retournait devant la justice à cause de Bygmalion. Les fions s’alignaient avec les astres, le choix ne nous appartenait plus, la grande machine était en marche.

Alors, soyons honnête, j’ai eu tout le temps de ce billet médiocre (je bosse dessus depuis 10h… voyez le ratio temps/productivité est a son maximum… un truc qui plairait à Macron justement…) pour me rendre compte de l’absurdité de ce rêve. Une prémonition… et pourquoi pas me faire tatouer Jésus dans le dos tant qu’on y est! Non Macron est et restera un infâme libéral, de ceux qui pensent qu’être bien né ne fait pas tout, de ceux qui trouvent normal que certains bossent plus de 35 heures par jours  pour 1300 balles tandis que d’autres ne sont là qu’a mi temps pour 7.5 millions d’euros et ça, c’est de la merde ça dégage.