Merguez et guerre civile.

Mercredi 9 mars 2016. L’histoire retiendra cette date fatidique où la France, ivre de cette tradition révolutionnaire qui sied si bien à son peuple, est descendue dans la rue afin de défendre son héritage que le sang de légions d’ouvriers invisibles avait nourri. Dès lors tous les Lantier devenus Sorel tremblent dans leurs liquettes de traîtres, effrayés par le bourdonnement enragé venu du caniveau, par l’écume de colère qui annonce la vague de combat des plus petits ; ceux dont ils s’étaient fait les chantres et les défenseurs.

Oui, en ce moment on sert du cul dans les hôtels de la république. Alors vous savez que ce matin je me suis dis : « puisque c’est la grève, y a qu’à rien faire, je vois pas pourquoi que je travaillerais alors que tout le monde va glander place de la nation, partager des photos sur facebook en mangeant des merguez»… Et puis je me suis rappelé que ça allait faire un mois que j’avais rien posté… du coup j’ai été un peu pris de remords (mais il n’y aura pas d’excuses). Surtout que bon, moi, je suis plutôt un leader d’opinion voyez, donc faire les banderoles, gueuler des slogans, faire de la marche à pied… Bof. Moi mon truc c’est plutôt les mots, l’indignation, les « c’est un scandale de… » ou les « je comprends pas que dans le pays des lumières », des trucs pas fatigant et pas salissant quoi.

Mais bon, cette fois-ci, j’avais envie de participer à cette communion nationale. Après tout, je co-écris des vidéos engagées, il est normal que, pour entretenir mon image, je me rende à ce genre d’événements. Et quitte à y aller autant le faire à fond ! Petit foulard rouge et veste kaki, je me voyais presque sur une barricade le drapeau français à la main, une fille les nichons à l’air à coté de moi, hurlant des « Valls démission », des « Hollande le peuple aura ta peau ».

J’étais donc place de la nation, entouré de cheminots et d’agents de la RATP, en train de m’enfiler des merguez malgré la pluie (pas de mauvais jeux de mots ok ? (les merguez c’est bien trop pimenté pour se les mettre dans le cul c’est connu!)) en attendant le départ du cortège. On était là, rieurs, en train de partager nous meilleurs imitations d’hommes politiques et nos plus beaux souvenirs de débats.

ah tu te rappelles Marchais, ça c’était de la politique !

Ouais ! Quand il dit à Chirac : « c’est ça le nouveau loup de la politique ? l’homme au couteau entre les dents ? Vous pensez comme il y a 50 ans ! »

ce qu’il nous faudrait c’est un mec comme lui ! Un type qui sait causer et qui se contente pas que de tweeter !

Alors moi qu’écoutais ça en mangeant ma merguez, je dis : «  ben ouais, faudrait un mec qui sache bien écrire. Un genre de leader d’opinion qui sache utiliser les bons mots, manier l’indignation, utiliser des formules comme « c’est un scandale » ou «  je comprends pas que dans le pays des lumières »… Et là BIM, je me suis rappelé que c’était mon truc.

Alors là je dis aux gars : « ben moi je sais le faire vous voyez ! En plus je suis nul a Twitter alors… » et là les mecs ils me répondent « ben allez! ». Et me voilà arrivé sur le haut du camion a écrire des slogans. Le soucis, c’est que moi les punch lines c’est pas trop mon truc. Je fais plutôt dans l’humour ciselé et fin ; une blague homophobe, une tirade sur les arabes, un type qui montre sa bite et hop un million de vues… Du coup ben, comme souvent avec mes billets, j’ai séché.

« Valls tu vas valser », « Hollande l’autre pays du chômage », rien ne leur plaisait. J’étais là, entouré de tous les pros de l’indignation, sans que personne ne me remarque. Le journaliste de libération ne me regardait pas, celui des inrocks me toisait, celui de l’humanité m’a carrément traité d’arriviste prétextant que ma blague sur les juifs « était limite »… Bref, c’était l’épicentre du mouvement et comme toujours j’allais rester le spectateur de ma vie. QUEL CON BORDEL ! Regarde Julliard lui il a su y faire !…

Et c’est là que tout à dégénéré, un lycéen à sorti un « CRS ! SS ! », le type avait une barbe, un cheich, une merguez dans la main. Les CRS ont cru à une attaque terroriste, ils ont tiré dans le tas. Tous les types du camion fauchés. Finalement, m’enfermer dans les cabinets pour pleurer sur mon sort venait de me sauver la vie !

Ensuite, tout est allez très vite. Des émeutes ont éclaté, des barricades ont été dressées et comme j’étais le dernier pro de l’indignation j’ai pu prononcer mon grand discours :

L’histoire retiendra cette date fatidique où la France, ivre de cette tradition révolutionnaire qui sied si bien à son peuple, est descendue dans la rue afin de défendre son héritage que le sang de légions d’ouvr…

STOP ! Dis donc le gros tu serais pas en train de nous prendre pour des cons des fois ?

Non… bon peut être un peu… Mais bon, j’ai quand même fais une vidéo sur la loi el Khomri ! Et puis il faut que je vous avoue que je n’aime pas les grèves. « han le mec de droite !!! », sachez avant de me juger que mon parcours universitaire a eu à subir deux des pires grèves estudiantines depuis mai 68… J’ai vu des types changer d’avis sur les bienfaits d’une grève le temps de claquer des doigts et qu’au lieu d’écrire des billets pour des ingrats ou des vidéos de gauchiste, SI CA SE TROUVE JE SERAIS PEUT ETRE DOCTEUR A L’HEURE QU’IL EST !… Donc je conclurais en disant que se mettre des merguez dans le cul c’est de la merde, ça dégage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s