Le connard de Noël; ce proche que vous allez détester…

On est le 3 décembre et nous sommes officiellement entrés dans « la période des fêtes ». Vous partagez tous des images de cette période magique qui fait la joie des petits et des grands, qui donne l’impression que les autres doivent mieux te traiter alors que tu continues à agir comme un enculé en invoquant l’esprit de noël, bref rien que des images de bonbons, de woopy goldberg et de niaiserie degueulasse. Ces 4 petites semaines pendant lesquelles l’évocation d’ « espace vital » (souvent précédé de « barre-toi de… » et en général suivi de « sale chien/conne » (ce ne sont que des exemples vous pouvez agrémenter la notion d’espace vital a votre guise, faites le nous partager en commentaires (#demandedeparticipation #malincommeunsinge #impactant #concernant #rienabranlerdevosviesmaiscavousrendimportant)))) suffit à te faire passer pour un Hitler en costume rouge et blanc est le terrain de prédilection des « connards de noël ». Eh oui, tout comme noël a sa bière, tout comme noël a son fromage à raclette, noël a ses connards. Alors j’imagine que cette notion que j’ai mis au point tout seul vous échappe un peu mais je vais tenter d’être le plus clair possible.

MAIS AVANT TOUTES CHOSES…

Je sais que parmi mon lectorat il y a beaucoup de « connards de noël ». Je vous imagine déjà haletant et baveux, prêt a fondre sur moi pour hurler votre haine de tout ce qui n’est pas scintillant, vert rouge et blanc. Vous devez déjà être en train de vous dire  « Mais quel connard celui là, il est vraiment aigri, il ne respecte rien » et je répondrai à ça : « REGARDEZ LA BAS UN MEC DEGUISE EN PERE NOEL ! »… Ça devrait vous occuper 20 minutes, le temps de me laisser finir.

Alors on a tous un copain, une sœur, une tante, un chien (si vous n’avez rien de tout ca je vous plains  (votre vie est encore plus pourrie que la mienne… la honte)) « connard de noël » et il faut bien avouer que la vie avec ces gens là n’est pas toujours facile.

Novembre

C’est en général la meilleure période pour détecter le « connard de noël ». Dès le 1 novembre, la fébrilité le gagne. Il voit les employés communaux s’affairer autour des arbres, accrochant avec toujours plus de majesté, lampions et guirlandes qui coutent un fric fou à la communauté (et je vous parle pas de la facture d’électricité (la cop quoi ?)). La même extase orgasmique se reproduira devant chaque boule (c’est dans l’ordre des choses), chaque guirlande ou chaque obèse vêtu d’un pull rouge. Aux alentours du 15, notre noël addict va commencer à ressentir des envies de sapins. Vous aurez beau lui expliquer que s’il achète son roi des forêts le 15 novembre, il y a de fortes chances pour que, de verdure il n’y ait plus et qu’on ait plus qu’a aimer sa ramure. Peu importe, le connard ne refuse rien à sa passion. Prenez garde, n’allez pas lui proposer un faux sapin qui lui tiendrait bien le coup jusqu’au 25, ah non ! L’oiseau vous expliquerait que le sapin synthétique c’est pas esprit de noël, « y a pas l’odeur » comme ils disent… y a pas l’odeur mais Y A PAS NON PLUS LES AIGUILLES SUR LE TAPIS !

Vient ensuite le 25 novembre et son traditionnel « dans un mois c’est noël » qui annonce le début de la saison faste pour le « connard ». Là où la majorité des gens se disent « haaaan va falloir encore trouver des cadeaux » (personne n’aime faire des cadeaux sauf le connard mais on y reviendra) ou « bon ben je vais encore pouvoir me foutre mon régime au fond du fion » et accueille la nouvelle avec une joie toute relative, le noël addict l’annonce comme si on venait de découvrir le remède universel au cancer, au sida, à la connerie et à la conjonctivite.

Décembre

Si novembre est supportable, décembre l’est beaucoup moins. Pourquoi ? Parce que le « connard de noël » est incité à exprimer sa passion au grand jour. La période de noël est un véritable cap dans l’amour que vous portez à votre « connard de noël ».

 « Un sapin ca se fait le 1 décembre »

 Oui, qu’il neige, qu’il vente, qu’il tombe de la merde, l’addict fait son sapin le 1 décembre. Et que vous habitiez dans 100m² ou dans 12, cela n’a aucune importance ! L’addict se doit d’avoir un sapin parfait et somptueusement décoré. Oubliez donc les sapins USB qui clignotent, chaque année a son thème et sa couleur ! Et n’essayez pas d’aider, vous ne ferez pas bien. Parce que le noël addict, il aime pas Noel, il aime SON noël, avec SON sapin…

« Oh regarde un marché de noël »

Les Alsaciens ne sont pas seulement à l’origine de deux guerres mondiales, ils sont aussi les auteurs de la plus infâme des créations qui soit, le marché de noël. Inventé au 17eme siècle pour empoisonner les bons français qui vivaient pépouze leur mois de décembre à la casbah et les forcer à dépenser leurs quelques sous pour faire plaisir à mémère, le marché de noël est le lieu de rencontre des « connards de noël ». Étrangement, ils ne sont pas incommodés par les odeurs de mauvaises andouillettes et de tartiflettes en boite grand jury, pas plus qu’ils n’ont l’air d’avoir d’aigreurs d’estomac a cause du vin chaud frelaté (faut mettre beaucoup d’épices ca cachera le gout du diesel Robert.). D’ailleurs, naïvement j’en viens à me demander pourquoi j’accepte encore d’accompagner mes « connards de noël » sur ces marchés. Au final c’est toujours un peu les mêmes stands, le travailleur du cuir qui fait des sabots, celui qui vend des coussins décorés, le marchand de chocolat de Suisse de Roumanie et le célèbre artisan verrier qu’on ne présente plus. C’est la cohue, les gosses chialent pour avoir un truc ou se perdent, les parents gueulent… l’équation est simple et à la portée du premier des demeurés : bruit+ sueur+promiscuité= horreur. Surtout qu’on n’achète jamais rien…

« J’ai trouvé ce que je vais t’offrir »

Vous pensiez passer entre les gouttes en évitant d’aborder le sujet, vous aviez même l’espoir de désamorcer la situation en lâchant un « on s’offre rien cette année » plein de raison mais non, c’est plus fort que lui le connard veut offrir. Ben oui parce que, bien qu’ils soit un immonde trou du cul le reste de l’année (pas tous mais ceux dont je parle se reconnaîtront (ouais ouais, c’est de toi que je parle…)), le connard de noël aime faire des cadeaux, tel un roi mage revenant de chez gifi les bras chargés de présents. S’il est rusé, il fera ses courses sur internet et vous rabattra les oreilles avec ses bonnes affaires. Si c’est un Die Hard, il préférera vous emmener avec lui à la Fnac. Un samedi. Apres midi. Inutile d’essayer d’aborder la crise au moyen orient ou le réchauffement climatique, le connard est tout affairé à ses emplettes et ne parle plus que de ca. « Que vais-je offrir à tatie Monique ? Crois tu que ce joli puzzle plaira au cousin Léopold ? ». MAIS QU’EST- CE QU’ON S’EN BRANLE. Alors votre esprit vagabonde jusqu’à ce que vous entendiez « je sais ce que je vais t’offrir ». OH BORDEL. Vous voila pris au piège ! Vous avez trouvé l’astuce depuis des années, une carte cadeau, un petit chèque, une smart box, c’est du pareil au même, ça fait genre « bon écoute tu sais quoi, fais-toi plaisir et ça me fera plaisir » (ça fait surtout « on se parle pas je sais pas ce que t’aimes alors démerde toi » (mais en même temps parler avec vous…)) et c’est parfait. Mais là, face à ce cadeau qui vous sera tout a fait dédié, vous ne pouvez pas feinter. Vous allez constamment passer du cadeau pingre au cadeau trop cher, tout en évitant l’effet « couilles du pape ». C’est quoi l’effet « couilles du pape » ? C’est quelque chose qui fait plaisir mais qui au fond ne sert a rien (je suis très fier de mes concepts, je devrais faire anthropologue (ou philosophe (ou responsable brandcontent (ce qui est pareil finalement)))). Et on ose me faire croire qu’avec tout ce tracas, les gens aiment faire des cadeaux…

« L’esprit de noël »

Oubliée toute raison, a partir d’ici nous sommes dans le domaine de l’irrationnel. Pourquoi quelqu’un de censé, deviendrait tout à coup neuneu, tout sucre tout miel au point d’en devenir dangereux pour tous les diabétiques ? Pourquoi tenter de refaire les scènes de love actualy au milieu d’un marché de noël aux exhalaisons de raclette ? Pourquoi soudain porter un bonnet rouge et blanc ? Pourquoi se mettre à chanter ? Pourquoi attendre la neige, cette merde qui fait glisser et qui devient noire en 5 minutes ? Pourquoi truffer son iphone de chansons de Tino Rossi et de Frank Sinatra ? Pourquoi, pourquoi, POURQUOI ? Pourquoi sourire comme un idiot : « parce que c’est l’esprit de noël ». Ah ok. A l’évidence invoquer l’aspect commercial de la fête ou le fait que le monde ne s’arrête pas de tourner ne sont pas des raisons en soi pour atténuer la fête. Et que toute cette bonne humeur aie l’air un petit peu feinte non plus.

Alors, comme je pense que notre lecteur/connard a dû se rendre compte qu’aucun père noël n’était passé dans la rue, on va s’arrêter par là. J’espère avoir pu souligner l’essentiel des pièges dans lesquels il ne faut pas tomber pour passer un mois de décembre vivable. Mon ultime recommandation sera de vous inviter à ne pas sortir, le mois de décembre c’est de la merde, ca dégage.

PS : Peut être que vous trouvez que la qualité des billets a un peu baissé ces derniers temps. C’est possible. Je ressens comme un essoufflement dans la colère qui m’habite mais je tiens à vous rassurer sur l’envie que j’ai de vous faire marrer. C’est important. Vous pouvez toujours me contacter en MP si vous voulez, je ne suis (presque) pas un monstre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s