Seul sur Mars; cassez vous de chez moi!

J’ai toujours joué la transparence avec vous. Toujours. Du coup, si hier je ne vous ai rien écrit c’est parce que j’avais pas trop envie. « Ah ben il se fait pas chier celui là ! Avec tous les clics qu’on a faits pour l’aider dans les golden blog awards là… » . Oh vous auriez raison de râler mais vous savez, être un humoriste sur le net n’est pas de tout repos ! En réalité, c’est même une situation qui aurait tendance à vous en priver… du repos. Je vais vous expliquer, ça sera plus simple (je veux pas dire que vous êtes un peu cons mais… (Oh et puis si, vous l’êtes c’est évident maintenant)). En gros, je gagne des sous quand je vends un texte. Donc pour gagner des sous, il faut écrire. Mais moi, j’aime pas écrire quand je devine qu’il n’y aura pas de sous… donc j’écris pas. Vous voyez un peu dans quel cercle vicieux je suis ? Bon, pour les besoins de la démonstration, on va imaginer que j’me motive. T’envoies des textes, des fois bons, souvent médiocres (qui a dit très souvent médiocre et rarement bon ? (comment vous le savez ?)) et t’attends qu’on te réponde. Dans certains cas, tu peux attendre longtemps. Parfois indéfiniment. Le plus souvent, tu n’as pas de réponse. Le résultat de ce complexe exercice de concept, c’est une sorte de vases communicants ou la pression de motivation est inférieure à la pression du dégoût et ça donne un gros qui regarde des vidéos sur internet au lieu d’en écrire. MAIS, hier au lieu de rester chez moi, j’ai décidé d’aller au cinéma (une bien longue intro pour en arriver là (je devrais vraiment faire journaliste)) et d’aller voir Seul sur Mars.

ALERTE SPOILER

Alors direct je vais vous spoiler en vous révélant que ce film raconte l’histoire d’un mec qui décide de rester seul sur Mars ! C’est évident, ce mec est blasé par son boulot, blasé par ses collègues qui ne supportent plus son humour et blasé de ce qu’il est : un simple astronaute parmi tant d’autres. Fatigué de ce petit train-train douche de décontamination/ramassage de cailloux/ soupe lyophilisée, il décide de quitter cette tourmente (symbolisée par la tempête), de détruire l’antenne qui le relie à la Terre et de profiter de la vie. Dans un premier temps, un peu déboussolé par l’absence de starbucks, d’applestore et de boutique kooples, le héros décide de faire un retour aux sources en faisant pousser des pommes de terre et en se laissant pousser la barbe (un hypster vegan quoi…). Tout se détraque quand il se rend compte que des connards l’observent depuis le ciel avec leurs satellites. De rage, il décide de quitter cette émission téléréalité minable.

Bon je dois vous l’avouer je suis pas sûr d’avoir bien compris le film mais ce dont je suis sûr c’est qu’être seul sur Mars c’est loin d’être l’horreur qu’on veut nous faire croire.

D’abord, comme tu n’as plus d’antenne, personne ne peut plus te joindre. Eh ouais, fini les coups de fil où on essaye de te vendre des fenêtres alors que tu attends un appel hyper important de la caf ou la déception de recevoir un spam de la SNCF quand tu pries pour une réponse favorable à un boulot. J’aurais même tendance à croire qu’être aussi peu joignable te rend sexy. Imaginez : votre chef (ou votre boss (ou votre client (on s’en branle franchement))) cherche à vous joindre pour vous dire, sans ménagement, que ce que vous avez fait c’est de la merde. Si vous campez devant le téléphone (comme moi (en même temps je vis dans un une pièce, je vais pas mettre le téléphone dans les chiottes)), il n’aura pas sonné deux fois que vous serez comme un crève la dalle accroché à l’écouteur et c’est sans même un sanglot dans la voix que votre chef vous dira : « désolé Emeric, ton texte c’est de la merde. Et crois moi, en merde, je m’y connais ». Maintenant imaginez que vous soyez sur Mars. Déjà il y a 23 minutes de décalage dans la conversation donc il ne s’agit pas de bafouiller et puis vous n’êtes pas aussi facilement joignable. Entre les tempêtes, les éruptions solaires, l’antenne qui s’est barrée, ca en fait des excuses pour le laisser mariner cet enfoiré. Croyez bien qu’il n’appellera plus que pour vous dire : « Ok Emeric, il y a des petits détails qui nous gênaient mais on va faire avec ». ET HOP ! Vous devenez aussitôt un mec qui gagne, un mec avec qui on ne discute plus.

Alors je parle de la communication parce qu’elle est au cœur de notre société (sérieux, je pourrais pas être journaliste franchement ? (ou faire de la com’ (j’ai un potentiel fou, parlez-en à vos patrons))) mais ce n’est pas le seul avantage à être seul sur Mars. D’un point de vue domestique, il n’y a que du positif. Par exemple, t’es  plus obligé d’économiser l’eau chaude pour les autres,  t’as un gros ballon pour 6 personnes pour toi tout seul !! Autant dire que tu peux prendre des douches interminables. Tu peux aussi ne pas te doucher pendant quatre jours, il n’y a que toi que ca va déranger (ce ne sont pas les morpions de Mars qui vous gêneront beaucoup (parce qu’il n’y en a pas… voyez…)). Autre point positif, t’es plus regardé par les autres comme un sauvage quand tu regardes pour la vingtième fois toutes les saisons de l’agence tous risques ou d’happy days. Toutes ces séries à la mode sont bien loin sur Terre alors que toi, l’homme des étoiles, tu savoures ce nectar télévisuel en paix. Enfin, tu peux te faire plaisir en mangeant des patates tous les jours ! Bien loin les conseils nutritionnels qu’on nous rabâche a longueur de temps, tu te fous bien de savoir si la viande transformée est cancérogène.

Dire que la qualité de vie sur Mars est bien supérieure à celle sur Terre est un euphémisme. Sur Mars, il n’y a pas de transports bondés, pas de ligne 13, pas d’embouteillages et pas de radar pour vérifier que tu roules bien à 30 à l’heure. Sur Mars, il n’y a pas de voisins à te faire chier, pas de connards copropriétaires, pas de cons à gueuler à 3h du matin parce que tu fêtes ton anniversaire. Y a pas besoin de sortir les poubelles, tu peux les lâcher ou tu veux de toute façon, c’est pas les rats de Mars qui vont venir fouiller dedans…

Le seul inconvénient à la vie sur Mars, c’est qu’à un moment des connards de la Terre vont finir par s’intéresser à toi avec leur satellite. Petit à petit, ils vont chercher à rentrer en contact, savoir comment tu vis, savoir si tu es équilibré mentalement… le mieux c’est encore de leur dire que tu es volontaire pour rester, qu’ils n’ont qu’à envoyer des vivres et qu’un petit coup de fil hebdo pour faire le point c’est le max que tu puisses faire. Et là, t’es un champion, tu peux écouter du disco toute la journée à poil dans ta base spatiale si tu veux ! Tu restes un chômeur mais dans l’espace, c’est risqué mais ça se tente (et avouons le, c’est la classe)!

Alors on l’a vu, il n’y a que des avantages à vivre seul sur Mars. Je m’étonne d’ailleurs des raisons qui poussent le héros du film à rentrer… Il finit prof à la NASA, je vois pas trop ce que ça a de motivant quand on peut rester en slip chez soi à rien faire. Bref, j’espère vous avoir convaincu de tous partir vivre sur Mars, pendant que je reste seul sur Terre et si ce n’est pas le cas, c’est de la merde, ça dégage.

Publicités

Un commentaire sur « Seul sur Mars; cassez vous de chez moi! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s