Pensez positif; soyez cons.

Figurez vous qu’en début de semaine on m’a fait passer un article de l’express qui s’intitulait : « On arrête de râler »… A moi ! Genre je râle quoi… Bref ! Dans l’article, une dame venait de sortir un livre qui expliquait, à grands renforts de superlatifs, les changements incroyables dans son existence, depuis qu’elle avait prit la décision de marcher sur le trottoir coté soleil de cette longue avenue (pour certains c’est une ruelle (voire une impasse)) qu’est la vie. Bon, il faut préciser que cette charmante dame était psychologue (sans problème d’argent) et quadragénaire (en pleine crise… (Mais si vous savez « j’ai l’impression de rater ma vie, je la vois pas passer » blablabla… (Fallait pas faire des gosses à 25 ans))) et que ses plus gros problèmes étaient principalement d’ordres ménagers : « j’ai proposé à mes filles de m’occuper du lave vaisselle si elles faisaient elles-mêmes leurs lessives ». Et dire qu’on avait la clef du bonheur, là sous notre nez, depuis tant d’années. Mais au delà du regard mi blasé, mi moqueur, que je portais sur cet article, je me suis rendu compte que de plus en plus, le monde semblait avoir en horreur les râleurs! Vous vous rappelez de cet épisode de Malcolm ou il décide de ne plus râler ? Il termine l’épisode comment ? AVEC UN ULCERE ! (« c’est pour votre bien, arrêtez de râler… vous irez mieux… » (Ouais ouais encore un coup du lobby des gastro-entérologues pour nous forcer à aller les voir, eux et leurs grosses sondes (vous savez que c’est eux qui ont créé le virus de la gastro ? (absolument ! avec la CIA (on est sur internet on peut raconter n’importe quoi))))).

Râler c’est salvateur et pourtant c’est de plus en plus intolérable dans cette société de l’apparence, du muscle et du C++. Parce que râler, c’est l’expression de la frustration et qu’on nous a apprit que c’est pas beau d’être frustré, c’est même une insulte des fois (rarement je vous l’accorde…). Et puis râler ca unifie. Ca unifie à tel point, que parfois, les gens se regroupent et font un truc appelé la grève et même que ça arrive que la grève dérape et devienne un poil violente. Typiquement ce que la dame du livre réprouve ! C’est pas penser positif ça d’arracher la chemise de son RH, les mecs ! Pensez soleil, pensez voyage ! C’est pour ça que ca m’a fait rire de voir Xavier Mathieu sur le plateau du grand journal, programme a destination des amateurs de positif, d’apparence, de muscle et de C++ par excellence.

 Vous avez sans doute vue la vidéo mais si ce n’est pas le cas je vous fais le résumé : Xavier Mathieu, un leader syndical de l’usine Continental (si cette affaire ne vous dit rien je peux rien pour vous…) est invité pour justifier les actions des gens d’Air France (là encore si ça vous dit rien… (Sucez-vous et fermez là). L’homme est remonté, Maiténa est toute en tempérance, soucieuse de redorer son blason après avoir été taxée de porte étendard du FN (alors qu’elle ne sais juste pas choisir ses mots) en invitant un bon gros gauchiste. L’ambiance est tendue.

Alors je passe sur les propos de Xavier (on peut pas donner tort aux gens d’Air France (en aucun cas (mais c’est un autre débat))) et je me concentre sur le plus drôle : les intervenants sur le plateau. Lauren Bastide, Cyrille Eldin, Diego Bunuel et Augustin Trapenard, sont légèrement sur le coté (marrant cette place (de là à dire qu’ils sont à coté de la plaque… (Vous ne respectez personne monsieur !)))  et ils écoutent patiemment ce que dit Xavier. On distingue alors deux attitudes : ceux qui s’en branlent et ceux qui participent. Cyrille, dans un premier temps affiche une morgue de circonstance mais très vite le naturel reprend le dessus et il commence à se faire chier, alors il en profite pour se recoiffer ou regarder dans le public. Ben ouais, il peut rien dire sinon il se mettrait mal avec les politiques et c’est son fond de commerce, la complaisance avec les politiques. Lauren, elle, tente de poser une question mais le type est tellement remonté que très vite on sent qu’elle se dit « Lolo c’est pas ta guerre alors laisse tomber ». Attardons nous un peu sur Diego. Diego, c’est la caution journalistique. Le mec est en bout de table, à la droite de Maitena, il est légèrement avachi, genre « je suis un pro de la profession et on me la fait pas ! »  et il affiche un petit regard sévère pour montrer qu’il est bien décidé ( à quoi, on se le demande (et lui aussi sans doute)). Il tente un petit « je peux pas vous laisser dire ca » qui finira noyer dans le flot des mots de Xavier. Enfin, Augustin, le lettré, le poète, regarde cette homme barbu et sauvage de ses grands yeux bleus en se demandant si la violence deviendra la norme. On l’imagine presque se remémorer Germinal, s’imaginer en Etienne Lantier, debout sur les barricades… tout un programme.

Alors vous allez me dire, « Stany pourquoi tu t’excites sur ces 4 zigues ? », d’autant que là comme ça, ça à l’air gratuit et pas franchement lié avec mon introduction. C’est un peu vrai et pourtant vous allez comprendre. Le livre de la dame du début, il s’adresse à ces 4 zozos et à tous les zozos qui refusent de voir le monde tel qu’il est. Râler, c’est l’expression de la frustration. S’il y a de la frustration c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Si quelque chose ne va pas c’est tout le petit monde perso de chacun de ces gugusses qui est ébranlé et ça, ça ne leur plait pas du tout.  Parce qu’ils se sont donné du mal pour que, dans leur petit monde, tout soit aussi net et carré qu’un salon roche bobois. On sera positif quand le monde tournera rond, quand les gens au plus bas de l’échelle ne seront plus traités avec mépris comme des choses insignifiantes en attendant être positif  c’est de la merde, ça dégage.

Publicités

Un commentaire sur « Pensez positif; soyez cons. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s