-Alors ces vacances? – Ta gueule!

Oh bordel c’est la rentrée ! Fleurissent les marronniers au milieu des catastrophes… quoi ? QUOI ? Oh je sais ce que vous vous dites ! Il est gonflé lui, de revenir, paf, comme ça. Il s’excuse pas, il nous explique rien, il nous avait promit d’écrire pendant l’été et rien depuis le 15 juillet ! ESCROC ! J’aurai envie de vous donner raison mais une fois encore vous êtes dans l’erreur. Vous ne savez pas ce que j’ai traversé, vous n’avez pas idée de l’enfer que j’ai vécu ! Je me suis battu contre la CAF, j’ai lutté pour récupérer ce qui m’était due, j’ai enfoncé des portes et brisé des vies. Et puis après je suis parti en vacances, j’ai craché sur les touristes, sur leurs tongues, sur leurs caravanes, sur leurs sales gueules. Qu’est ce qu’ils ont à partir en vacances ces cons ! ET EN MÊME TEMPS QUE MOI, EN PLUS ! J’ai du les chasser jour après jour sans me reposer ! Et puis je suis parti à l’aventure avec Jean Hugues Hanglade et ensemble on a été à la traque des chefs de Daesh. Alors vous voyez bien que j’avais autre chose à faire que de vous faire marrer (en plus soyez honnête vous étiez a la plage et vous n’auriez pas lu (au mieux vous faites des mots croisés (et encore… (Oui, vous avez raison de baisser les yeux, vous savez que j’ai raison)))). Bref l’été ne semblait jamais devoir s’arrêter…

Mais hélas c’est la rentrée. Déjà l’été se termine, on remise ses shorts et sa casquette, on profite des derniers beaux jours en faisant les derniers barbecues, on essaye de se baigner une dernière fois mais septembre est bien là et avec lui la déprime s’installe. Vous la sentez ? Là, à coté de vous, grise, triste, pluvieuse. Moi j’ai jamais aimé la rentrée,  déjà gamin ça me faisait chier. « Tu vas revoir tes copains », tu parles ! Des blaireaux que t’avais eu bien du mal à supporter l’an passé et que tu revoyais se pointer, la même trogne d’imbécile, la même inutilité, « alors connard, toujours bien con ? » Maintenant que je suis grand (oui j’ai eu 30 ans au mois d’aout (autant dire que si vous ne me l’avez pas souhaité, vous pouvez crever (d’ailleurs partez ! (j’attends… (Non je déconne j’ai besoin de vous, personne me lit sinon !))))),  je peux sans trop trembler affirmer que la rentrée me fait toujours autant chier. Dans le showbiz déjà tout le monde reprend quand il veut. Du coup, toi tu rentres chaud et après quelques mails, tu te rends compte que t’es seul, comme un con. ILS SONT ENCORE TOUS A AGADIR ! Alors, non seulement tu perds une semaine au bord de la mer mais en plus, soit tu passes pour un fayot soit tu passes pour un pauvre qu’a besoin de fric.

Mais les cons finissent toujours par rentrer et en général la première chose qu’ils disent (si ce ne sont pas des collabos qui s’écrient « hourra j’avais hâte de travailler » (salaud)) c’est : « Alors, c’était bien ces vacances ? ». Alors la en général, l’intonation change en fonction de l’interlocuteur. Ben ouais, par exemple il y a celui qui s’en branle. Il pose la question parce qu’il faut bien causer, parce que le reste de l’année il va se contenter de vous demander si ça va, toujours en s’en branlant et que là, il a l’impression de vraiment discuter quoi, il donne le change. Peut être même qu’il se dit : « on va enfin voir que je suis un mec sympa. Et marrant ». Mais comme t’es un peu surpris (et un peu con) ben tu te lâches et tu lâches tout un tas de détails ! L’oursin qui t’a piqué, la chiasse que t’as eu, la grosse que t’as serré et lui il ponctue ça de « hum », de « ah ? » et il conclura cet échange par un « cool » sans conviction. Dans le meilleur des cas (ouais dans le meilleur des cas parce qu’a mon avis il n’attendra pas la fin de votre récit (parce que vous êtes chiants tout simplement (tout le monde s’en fout de votre séjour en camping))).

Dans la farandole de collègues qui vous demandera si vos vacances ont été bonnes, il y aura celui qui s’y intéresse vraiment. Celui qui porte des chemises bleu ciel et qui a un autocollant des jmj ou « nucléaire non merci » a l’arrière de son sac a dos. C’est pas compliqué il s’intéresse a tout, alors pourquoi pas a vos vacances ? Il prendra des notes, vous ferra des grands sourires et ponctuera tout ça de « c’est pas vraiiiiiii ?! » ou de « dis donc Michel, t’as entendu ? Daniel a fait du rafting cet été ! » Pas doute que par la suite, il pourra vous parler de rafting… Jusqu’à ce qu’il en devienne inquiétant et que vous ayez l’impression qu’il vous stalk.

Enfin il y a aura celui qui ne posera la question que parce qu’il sait que vous finirez par poser la question, vous aussi. Vous les connaissez tous, ceux qui aiment parler d’eux, qui ne parle QUE d’eux. D’ailleurs si vous êtes trop long dans vos explications croyez bien qu’il parviendra par une pirouette ou par une autre à parler de lui et qu’une fois qu’il aura prit la parole, il ne la lâchera plus ! Et qu’il vous parlera de ses vacances au cap d’Agde, de ses coups de soleil, de son hôtel 4 étoiles tout compris, du jet ski et des putes et … ET TA GUEULE !

Je ne peux pas vous laisser dans cette merde alors, pour écourter cette rentrée et de désagréables discussions, je vous propose 3 astuces.

  • « T’as passé de bonnes vacances ? » « non ! »

N’ayez pas peur d’en faire des caisses : « mon neveu s’est noyé », « j’ai été agressé par des mouettes », « ma rate a éclaté à Disneyland ». Croyez bien que tout ceci écourtera les retrouvailles.

  • « C’est quand même fou ce monde… »

Cassez leur le moral ! Vous n’aimez pas la rentrée, elle vous déprime, il n’y a pas de raisons que vous soyez le seul à avoir le moral dans les chaussettes. Faites tourner les articles les plus tristes du web, mettez de la musique triste, sortez vos plus beaux sous pull et hop, l’hiver est la.

  • « Il est question de licenciement… »

Lancez une bonne rumeur dégueulasse, des licenciements par exemple… Tous vos cons de collègues bosseront deux fois plus, ce qui vous laissera du temps pour repenser à vos bitures estivales !

Alors ouais je vous l’accorde, ce billet pue l’arnaque. En même temps, qu’attendiez vous ? Que je m’insurge, que je rage, que je postillonne ? Vous êtes sans doute tous en larmes devant la photo de cet enfant noyé, qu’est ce qu’on peut dire après ca ? S’indigner qu’il faut en arriver jusque là pour que les choses bougent ? Si vous n’en aviez pas encore conscience c’est que vous êtes naïf et croyez bien qu’une fois l’émotion dissipée, le problème restera entier. Alors finalement mon billet il est pas si mal et en attendant, la rentrée c’est de la merde, ça dégage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s