C’est dimanche: on va bruncher

Quel con j’ai été de vous promettre un billet tous les deux jours… Aujourd’hui c’est dimanche et le dimanche j’aime faire comme le bon dieu: rester à glander en jogging en regardant des conneries à la télé. Pourtant, si aujourd’hui je déteste le dimanche, il a longtemps été mon jour préféré de la semaine. C’était le jour où on mangeait des pains au chocolat (non, chocolatine ça ne veut rien dire) au petit dej, celui ou on pouvait regarder c’est pas sorcier (juste pour gratter 20 minutes de télé avant d’aller faire ses devoirs) ou encore celui du poulet frites avant d’aller faire une promenade en forêt! Force est de constater qu’aujourd’hui, il ne reste pas grand chose de ces dimanches idylliques: le poulet frites est plein de dioxine et de cholestérol, c’est pas sorcier ne passe plus à la télé et la forêt de mon enfance a été remplacé par le bois de Boulogne et croyez moi que les animaux qu’on y rencontre sont d’une toute autre nature… c’est donc avec un pain au chocolat à l’huile de palme comme ultime souvenir d’une enfance trop tôt disparue, que je me suis foutu devant l’ordinateur. Le soucis c’est qu’on est dimanche… et que j’ai envie de faire comme le bon dieu: rester à glander en jogging en regardant des conneries à la télé (eh bim un c/c l’air de rien! c’est qui le patron?!). Sérieusement, de quoi on peut parler un dimanche? J’ai le temps d’un reportage sur la sagrada familia pour vous écrire une merde (et malin comme un lynx je viens de vous chier un bon pavé d’intro).

Pour tout ceux qui ne vivent pas à Paris, on sera d’accord pour dire que le dimanche, mieux vaut être prévoyant parce qu’il n’y a rien d’ouvert et que si tu es du genre « je glande au lit jusqu’à midi » (c’est mon cas), mieux vaut pas avoir envie d’une baguette à 12h15 parce que t’auras beau frapper aux carreaux du boulanger, ta baguette tu pourras te la mettre dans le cul (ce qui, même si on aime le sport, constitue un sacré challenge(à moins de la rentrer demi baguette par demi baguette(ce qui ne retire en rien le problème de la croûte qui doit démanger))). Mais au fond suffit d’être prévoyant, de toute façon vous êtes sans doute en train de décuver vu que vous avez picolez comme des enculés et trouver une baguette est surement le cadet de vos soucis. Et ça aurait pu être la même chose pour moi… MAIS aujourd’hui on m’a invité à un brunch (Pourquoi? j’ai une gueule à bruncher? Et pourquoi les parisiens veulent toujours faire des trucs le dimanche? « tiens si on allait aux tuileries… » « il fait froid tu veux pas qu’on reste regarder vivement dimanche?… « ) et clairement je pouvais pas dire non (je vous expliquerais le pourquoi du comment dans un billet futur) .

PUTAIN! d’abord j’avais pas prévu de me laver aujourd’hui, ensuite j’ai un reste de figolu à manger et si ça traîne trop je vais encore rater le docu sur Marco Polo… Je me casse donc de chez moi pas coiffé, avec un zlip sale et en faisant la gueule. J’arrive dans le métro et la je me retrouve au milieu de gens qui ont tous l’air d’aller bruncher (ou d’en revenir). Ils sont la, suants et suintants parce qu’ils on été faire un footing ou bien assis une boite à gâteau de chez un pâtissier japonais à la con (qui au lieu de te vendre une tarte aux fraises doit te vendre une tarte déstructurée(comprendre une tarte en kit(et puis on mange pas de tartes aux fraises en hiver de toute façon))) sur les genoux. Mais qu’est ce que je fous la?… (vous allez voir comme cette phrase revient souvent dans ce billet) Au milieu de tous ces cons qui ne supportent pas l’inaction, parce que ne rien faire ça revient à réfléchir sur ce qu’on a fait, et que surtout ils ne veulent pas penser! bouger pour ne pas penser! aaaaah c’est sur que quand on n’a rien a raconter, mieux vaut éviter de se retrouver en face à face pour parler d’autre chose que de la gueule de con de sa belle sœur ou du resto de raclette sympa mais « qui fait puer les habits » (vraiment entendu).

Je rejoins le lieu du rendez vous, je me force à sourire (vous me connaissez je suis un garçon délicieux) et on se rend au café. Très vite, je me retrouve entouré de gens avec des pantalons trop courts et des grosses lunettes à écailles… certains ont des chapeaux et tous les types portent des petites moustaches de maquereaux! Et la au fond, un type avec une barbe et une chemise à carreaux! BORDEL! je suis au milieu de hipsters! Des gens parlent du Iphone6, d’autres parlent de leur séjour à New York, on passe devant une table ou deux types s’engueulent pour savoir quel est le meilleur film de Wes Anderson… Si l’enfer existe, il doit ressembler à ça… plein de gens suffisants qui hurlent leurs avis sans écouter la personne assise en face d’eux dans une odeur de graillon. Et la, coup de grâce… Je vois affiché le prix du Brunch: 25eu! T’as cru que j’étais une star cousin ou quoi? 25 euros? pour manger une tranche de jambon blanc, une saucisse William Saurin et boire du jus d’orange en poudre! Je commence à me mettre à suer, je cherche un bobard comme le scénariste de canal +, faut que je trouve une histoire pour m’enfuir. Mais on est dimanche, et le dimanche moi l’inspiration je la laisse se reposer, d’habitude le dimanche je fais comme le bon dieu: je reste à glander devant des conneries à la télé(COMBO X3). Alors qu’est ce qu’il me reste… Prier? tu serais sacrément gonfler mon salaud! Alors pour parler expiation de l’Âme et denier du culte y a personne, tu gueules bien fort que le bon dieu n’existe pas mais t’es prêt à tout remettre en cause pour sauver ton cul de ce brunch qui s’annonce de toute façon décevant.

Est ce que la providence existe? Est ce que les forces des ténèbres ont entendu mon appel? je sais pas… mais alors que j’allais perdre pied et pleurer, j’entends : « vous avez réservé? non? ah je m’excuse on est complet… ». On a fini dans un mac do et j’ai pu arriver à l’heure pour le reportage sur Marco Polo! C’est qui le meilleur? c’est Stany!

Alors ouais, ce billet est sans doute moins palpitant que les précédents mais c’est dimanche et je vois pas pourquoi je travaillerais et pas vous! La vie c’est aussi parfois l’ordinaire et la platitude, profitez en donc pour réfléchir sur le déplorable état de vos vies!  De toute façon le dimanche et les brunch c’est de la connerie, ça dégage!

PS:J’en profite pour vous faire des gros bisous pour vos gentils commentaires (je pensais faire ça tranquille mais ça me met la pression maintenant). J’ai fais un twitter (@ca_degage), je twitte peu mais bon… Y a une page Facebook aussi (https://www.facebook.com/cadegage) Encore une fois n’hésitez pas à me faire part de vos remarques. n’hésitez pas à commenter, à partager. Je vous crache dans le cul avec amour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s